Nasca, la mystérieuse

Geneviève - - #Les Essentiels #Trucs Voyages #Destinations #Insolites #Nouvelles Voyage

Aujourd'hui, je fais la visite des lignes Nasca avec mon guide Marco qui parle très bien le français, j'en profite pour faire le plein d'informations et je pratique tout de même mon espagnol et lui son français. 




Les lignes se trouvent à la sortie de la ville. On peut y voir au loin la colline sacrée, il y a aussi une ligne droite de 5 km et une autre de plus de 45 km. Les lignes ont été fait à la main, ils ont seulement balayé les roches et creuser un tout petit peu. Ils croyaient parler aux Dieux avec ça et ça guidait les peuples entre eux. 





Du haut d'un mirador, on peut y voir, l'arbre, les mains dont une à 4 doigts et l'autre à 5 doigts, le lézard qui s'est fait couper la queue par la route Panaméricaine, les constructeurs à l'époque ne savaient pas vraiment que c’était si précieux et sacré. 




Aujourd'hui ça fait partie du patrimoine de l'humanité, maintenant son seul danger, le réchauffement climatique et la crue des eaux, ici il pleut 10 à 15 heures par année. Personne ne sait encore aujourd'hui ce que ça signifie, une femme a passé plus de 40 ans à essayer de comprendre et toujours rien. Étrangement cette femme avait 9 doigts au total. Il y a 32 dessins et les autres on peut seulement les voir en avion en attendant des miradors plus haut en construction. Si vous vous demandez si c'est gros, la ligne fait 13 cm de large, 5 à 7 centimètres de profond... Les lignes se nettoient avec l’aide de la nature, la plaine de roches est très venteuse et les vents se transforment en mini tornade qui nettoie les lignes. Très fascinant, j'ai eu la chance de voir les petites tornades à l’œuvre.

                                                                                                                     Des dessins à flanc des montagnes, qui sont protègé du vent et de la crue des eaux. Il y a l'agriculteur, l'homme qui tue la poule et une famille complète. Ici, les gens font des graffitis en dessinant sur les montagnes de sable avec des roches, comme au Québec, il est illégal de faire des graffitis, par chance les gens respectent les trésors nationaux.

 




Un cimetière découvert depuis peu grâce à une crue des eaux. Des morts momifiés et des vestiges datant de milliers d'années, voici quelques images de Necropolis, Chauchilla.

 









Mon guide m'a aussi amené chez un artisant qui fabrique des objets en céramique, comme les Nascas le faisaient à l'époque. Je me suis acheté une réplique de masque, j'ai aussi une carte disant que c'est un faux fabriqué à la main par Fernando, pour les douanes.

 

Après, je suis allée apprendre comment les gens faisaient pour extraire l'or. Le Pérou a un sol très riche, fer et de cuivre.  Mais plus rien n'est exploité de nos jours.

 

J’ai de la chance ... J'ai visité les islas Ballestas hier et maintenant c'est fermé à cause du vent et des grosses vagues pour quelques jours. Aujourd'hui, je vois les lignes Nasca et en quittant la ville, tempête de sable et on ne voit plus rien au loin... J'espère que lorsque j'arriverais à Cusco, que la pluie cessera.



Tempête de sable, tout le paysage est perdu dans ce mauve-rose rempli de sable. 




La route vers Arequipa est longue, c’est surprenant de voir autant de lieux désertiques et des plages vierges avec d'immenses vagues. Mais surtout, de se rendre compte que le bus roule sur le bord des falaises et je vous le dis, si on manque notre coup... on ne s’en sort pas vivant ! Je vous laisse, jugez par vous-même comment les paysages sont à couper le souffle.







Pour voir mes autres articles sur le Pérou : 

1. Lima

2. Pisco

3. Islas Ballestas & Paracas

4. Arequipa

Ma page Facebook Surfer girl around the world

Pigiste au département artistique en cinéma et télévision, j'adore mon travail car entre deux contrats j'ai la chance de partir. Je préfère voyager en solo, toujours à la recherche de nouvelles destinations et de vagues à surfer. Je suis une grande amoureuse du surf, du "Aloha life" et d'Hawaii.